Poème de Hjalmar Sôderberg
Nous voulons tous être aimés, à défaut, être admirés, à défaut, être redoutés, à défaut, être haïs et méprisés. Nous voulons tous éveiller une émotion chez autrui quelle qu'elle soit. L'âme frissonne devant le vide et recherche le contact à n'importe quel prix.

Ton métier

Je suis Ambassadrice à la fondation Saint Vincent de Paul à Paris, j’accompagne les bénévoles et les structures d’accueil dans leurs rencontres auprès de personnes en difficulté, isolées, en souffrance.
Je travaille sur le territoire national à redonner du sens entre les bénévoles et leur approche de l’autre, dans des moments de détresse

Ta prise de conscience au travers de notre accompagnement

Tu m’as fait zoomer et regarder avec une extrême précision ce que je faisais, ou plutôt ce que j’étais naturellement lorsque j’étais en présence de l’autre, au moment de mes rencontres avec ces personnes de la rue.
J’ai compris l’importance de ralentir et d’épouser le rythme du « vers luisant ». Quand j’accepte ce ralenti, et quand je l’offre à l’autre devant moi, alors on gagne ensemble en puissance pour se re-connaître, ça nous rend disponible à la vie.

Ce qui t’as inspiré à cheminer à mes côtés

Au téléphone, j’ai su que tu savais, on était câblé à l’identique. Tu pouvais m’aider car tu avais la bienveillance que je recherchais et surtout cette finesse d’aller loin dans le détail au milieu d’un foisonnement de choses, sans jamais perdre la ligne de mire.

Le moment de bascule et d’ouverture

Ce fut lors de notre rencontre à Limoges, un moment formidable hors du temps. Je garde de ce moment quelque chose qui me dépasse. Bien évidemment, je savais que tout était en moi, mais à ce moment précis, j’en ai compris le sens. Ce fut déroutant, j’ai traduit mon ressenti par 3 pétales de fleur de lotus. Je me suis risquée à partir de ce dessin et du vrai sens des mots pour bâtir tout mon déroulé à présenter au Conseil d’administration.
L’expérience a été renversante, mon approche a déclenché une véritable adhésion, comme un jaillissement uniforme aussi bien envers les plus jeunes que les plus anciens présents au Conseil.

Ton nouveau souffle – ton avancée

J’ai l’impression qu’en 8 mois, nous avons cheminé comme si nous nous connaissions depuis 3 ans.
Mon avancée réside dans le fait de me percevoir au moment où je vis intensément les rencontres, même les plus difficiles. J’accepte alors de sentir et d’être ce que je sens. De pouvoir l’identifier pour le transmettre en faisant comprendre aux bénévoles la vraie rencontre avec le « plus petit que soi », il n’y a pas celui qui sait et celui qui est en difficulté. Il y a une rencontre entre 2 êtres où nous devons apprendre à être des bassins sans attente où l’autre peut venir se reposer.

Et maintenant ? …

La fondation est un véritable acteur économique à part entière. A partir de notre premier travail, je souhaite développer le triangle multidimensionnel entre le Soi, l’Autre et le Silence. Après une 1 ère présentation auprès du Conseil d’Administration et un accord de principe, j’ai l’envergure d’une nouvelle vision : former à une nouvelle façon d’accompagner nos bénévoles et leur rencontre auprès des personnes de la rue – apprendre de celui qui semble devoir apprendre.





Continuer à explorer >